avalon

Rédaction

 

La rédaction est une méthode de représentation
de la langue parlée sous forme visuelle ou tactile,
un outil pour rendre le langage lisible

 

 

La rédaction dans le contexte de la linguistique – un système de signes, ses fonctions et ses usages

La rédaction est une forme de communication humaine qui utilise dans un système linguistique des ensembles de symboles et, dans une large mesure, les mêmes structures que la parole, comme le vocabulaire, la grammaire et la sémantique, ainsi qu’un système de signes pour des choses telles que la ponctuation et les chiffres. Ces ensembles de marques visibles sont, par convention, liés à un niveau structurel particulier de langage.

Cette définition met en évidence le fait que la rédaction est en principe la représentation de la langue plutôt qu’une représentation directe de la pensée, et aussi le fait que la langue parlée possède un certain nombre de niveaux de structure, y compris des phrases et des mots, des syllabes et des phonèmes, sur lesquels un système d’écriture peut “se calquer” ou qu’il peut représenter. En effet, l’histoire de l’écriture est en partie une question de découverte et de représentation de ces niveaux structurels du langage parlé dans la tentative de construire un système d’écriture général et efficace capable de remplir toute une série de fonctions socialement valables. L’alphabétisation est une question de compétence avec un système d’écriture et avec les fonctions spécialisées que la langue écrite sert dans une société particulière.

 

La rédaction comme un système de signes
Les langues sont systèmes de symboles, tandis que l’écriture est un système de symbolisation de ces symboles. L’écriture est ce qui rend le langage visible. Alors que la parole est momentanée, l’écriture est concrète et, par comparaison, permanente. La parole et l’écriture dépendent toutes deux des structures sous-jacentes du langage. Par conséquent, l’écriture ne peut généralement pas être lue par une personne qui ne connaît pas la structure linguistique derrière la forme orale de la langue. Pourtant, l’écriture n’est pas simplement la transcription de discours. L’écriture implique souvent l’utilisation de formes particulières de langage, comme celles impliquées dans des œuvres littéraires et scientifiques qui ne seraient pas produites oralement. Les chercheurs suggèrent que l’écriture est directement liée au langage, mais pas nécessairement directement à la parole. Par conséquent, le langage parlé et écrit peuvent évoluer sous des formes et des fonctions quelque peu distinctives.

La langage a deux niveaux primaires de structure, que le linguiste français André Martinet a appelé la “double articulation” du langage: les structures de sens d’une part, et les modèles sonores de l’autre. En effet, les linguistes définissent la grammaire comme un système pour cartographier le son et le sens, c’est-à-dire comme un système de relations entre ces deux éléments.
Les systèmes d’écriture se divisent donc en deux grandes classes générales: ceux qui sont basés sur un aspect de la structure du sens, comme un mot ou un morphème (l’unité linguistique de base du système de sens, avec un ou plusieurs morphèmes constituant un mot), et ceux qui sont basés sur un aspect du système sonore, comme la syllabe ou le phonème (l’unité linguistique de base du système sonore, étant une unité sonore minimale et contrastive qui distingue une prononciation d’une autre).
Il est généralement admis que l’alphabet est le système d’écriture idéal qui représente des solutions relativement optimales à un ensemble de contraintes vaste et unique, telles que la structure de la langue représentée et les fonctions servies par le système. Par conséquent, s’il existe des différences entre l’oral et l’écrit, et entre diverses formes d’écriture, ces différences varient en effet et en importance d’une langue à l’autre et d’une société à l’autre.

C’est le fait que l’écriture est une expression de langage, plutôt qu’une simple façon de transcrire la parole, qui donne à l’écriture, et donc au langage écrit et à l’alphabétisation, ses propriétés particulières.
L’écriture est omniprésente dans la vie quotidienne et fondamentale pour une société moderne et alphabétisée.
Les avantages et les implications sociales de l’utilisation de formes de communication écrites par opposition aux formes orales donnent à l’écriture sa signification conceptuelle et sa suprématie.

 

Les fonctions de Rédaction
Même si l’alphabétisation n’est en fait pas une condition préalable à la rationalité et à la civilisation, les systèmes d’écriture ont été inventés pour mieux servir les fonctions de communication et d’archivage. L’écriture a été observée pour déplacer rapidement et largement les traditions orales préexistantes.

Pour qu’un système d’écriture soit communicatif, il faut que les signes soient conventionnés afin que le sens puisse être saisi par d’autres lecteurs. Un tel système peut être limité à un petit ensemble de messages familiers qui peuvent être lus par un cercle restreint de connaissances. Toutefois, pour qu’un système d’écriture puisse remplir une fonction d’archivage, il a besoin de plus et doit être suffisamment conventionnel pour permettre le décodage et l’interprétation par des lecteurs qui ne connaissent peut-être rien de l’auteur ou du message. Ce n’est qu’avec le développement de systèmes d’écriture explicites capables de représenter les nuances véhiculées dans le discours que l’écriture peut être utilisée à la fois de manière archivistique et communicative.

Un système d’écriture, techniquement appelé script ou orthographe, consiste en un ensemble de marques, formes ou structures visibles, appelées caractères ou graphiques qui sont liés à une structure quelconque du système linguistique.
Dans toutes les langues desservies par AVALON, un caractère représente un phonème, et l’orthographe est appelée système d’écriture alphabétique.

 

Les usages de Rédaction
L’invention de dispositifs pour représenter de langage est inextricablement liée aux questions d’alphabétisation, c’est-à-dire aux questions de savoir qui peut utiliser le script et à quoi il peut servir. La compétence avec le langage écrit, tant en lecture qu’en écriture, est connue sous le nom d’alphabétisation. Des niveaux élevés d’alphabétisation sont nécessaires pour utiliser des scripts pour un large éventail de fonctions quelque peu spécialisées. Lorsqu’un grand nombre d’individus dans une société sont compétents dans l’utilisation du langage écrit pour servir ces fonctions, on peut parler d’une société alphabétisée dans son ensemble.

Bien que les utilisations de l’écriture reflètent une multitude de facteurs sociaux, politiques et religieux, et ne soient donc pas déterminées simplement par l’orthographe, deux dimensions de l’écriture sont importantes pour comprendre la croissance de l’alphabétisation: la capacité d’apprentissage et le pouvoir expressif. L’aptitude à l’apprentissage fait référence à la facilité avec laquelle le script peut être acquis, tandis que le terme de pouvoir expressive fait référence aux ressources du scripte pour exprimer sans ambiguïté toute la gamme de significations disponibles dans la langue orale. Ces deux dimensions sont inversement liées l’une à l’autre.

Les systèmes d’écriture alphabétique et consonantique peuvent exprimer essentiellement toutes les significations lexicales et grammaticales dans la langue (mais pas l’intonation) et conviennent donc parfaitement à l’expression de significations originales. Ils constituent un support idéal pour des textes juridiques, scientifiques, techniques et littéraires qui doivent être lus de la même manière par des lecteurs dispersés dans le temps et dans l’espace. Certains chercheurs pensent que le haut degré d’alphabétisation en Occident est une conséquence de l’optimalité de l’alphabet en équilibrant les deux dimensions de la capacité d’apprentissage et du pouvoir expressif. On pense que l’essor de l’alphabétisation et le déclin de l’oralité à la fin du Moyen Âge ont été fondamentaux pour l’épanouissement culturel connu sous le nom de Renaissance.

L’écriture permet de diffuser largement et de préserver des déclarations exactement reproductibles. Elle permet aux lecteurs de parcourir un texte d’avant en arrière et d’étudier, de comparer et d’interpréter leur gise. Elle permet aux auteurs de délibérer sur le choix des mots et de construire des listes, des tableaux, des recettes et des index. Elle favorise une perception objectivée du temps, une conception linéaire de l’espace. Elle sépare le message de l’auteur et du contexte dans lequel il a été écrit, ce qui donne un sens universel au langage. Elle permet la création de nouvelles formes de structure verbale, comme le syllogisme, et de structures numériques, comme la table de multiplication. Lorsque l’écriture devient une forme institutionnelle et archivistique prédominante, elle a contribué à remplacer le mythe par l’histoire et la magie par le scepticisme et la science. L’écriture a permis le développement de systèmes juridiques, administratifs et comptables étendus, basés sur des règles et des procédures explicites. L’écriture a remplacé la gouvernance en face à face par le droit écrit et des procédures administratives dépersonnalisées. Elle a également transformé les écrivains de scribes en auteurs et a ainsi contribué à la reconnaissance de l’importance de la pensée des individus et, par conséquent, au développement de l’individualisme.

Alors que la langue orale s’apprend tout à fait indépendamment du fait qu’elle soit enseignée ou non, l’alphabétisation dépend largement de l’enseignement. Bien que la scolarisation soit essentielle au développement de l’alphabétisation, elle n’est pas suffisante en soi. Il semble courant de considérer l’alphabétisation comme la simple capacité à lire et à écrire. Cette conception est en partie la conséquence de l’hypothèse naïve selon laquelle la littératie alphabétique est une simple question de décodage de graphiques en sons et vice versa. En fait, l’alphabétisation implique cependant des compétences en lecture, en écriture et en interprétation de textes de toutes sortes. Cela implique à la fois des compétences de décodage et des niveaux supérieurs de compréhension et d’interprétation. Ces niveaux plus élevés dépendent de la connaissance à la fois des utilisations spécialisées du langage et des ensembles de connaissances spécialisées.

L’alphabétisation n’est pas liée exclusivement à l’écriture: Tout comme on peut écrire dans un style essentiellement oral, on peut parler d’une manière caractéristique de la langue écrite. L’alphabétisation permet de parler une langue écrite.
C’est là que le cercle se referme: L’écriture rend le langage visible et permet de le lire. Grâce à l’alphabétisation, langage écrit peut être parlé.

Le résultat de l’écriture est appelé texte, et nous travaillons dans les principales catégories suivantes de rédaction professionnelle. En tant que maître de mots, nous pouvons rédiger des textes bien conçus pour améliorer votre communication dans tous les domaines de la vie.

On peut tout faire en écrivant.”  (C.S. Lewis)

 

Les services de Rédaction Professionnelle AVALON:                      

Rédaction Juridique & Académique   |    Rédaction d’Affaires    |    Réécriture    |    Rédaction Publicitaire    |

Rédaction Créative       Rédaction Journalistique

 

 

Veuillez noter que toutes les descriptions de nos services ici ne sont qu’une esquisse générale.
Si vous êtes plus intéressé, nous serons heureux de vous fournir des informations plus détaillées et d’élaborer une proposition spécifique adaptée à vos besoins.   

 

   

    “Verba volant, scripta manent” –

Les mots parlés s’envolent, les mots écrits restent